Biographie

© Mathieu Verreault

Formée en musique au Conservatoire de Paris, Clara Furey commence sa carrière par la chanson et la composition.

Elle poursuit ensuite sa formation à l’École de danse contemporaine de Montréal et performe pour des chorégraphes tels que George Stamos, Damien Jalet et Benoît Lachambre. Artiste habituée aux collaborations (Untied Tales avec Peter Jasko, présentée à la Biennale de Venise en 2016, Ciguë avec Éric Arnal Burtschy), Furey signe sa première direction artistique en solo en 2017 avec Cosmic Love, une pièce de groupe à la gestuelle minimale qui explore les vides et la part invisible dans l’interaction du corps, du chant et de l’espace.

La chorégraphe et performeuse s’intéresse au déplacement des codes dans différentes formes d’art et au dialogue interdisciplinaire. En 2017, elle performe 90 fois When Even The aux côtés d’une sculpture de Marc Quinn dans le cadre de l’exposition sur Leonard Cohen au Musée d’art contemporain de Montréal. En 2019, elle crée Rather a Ditch, un solo écrit pour Céline Bonnier, sur la porosité des corps en réponse à l’album Different Trains de Steve Reich. 

Ses pièces ont tourné dans de nombreux festivals dont La Biennale de Venise, Les Rencontres Chorégraphiques et June Events à Paris, le Festival TransAmériques à Montréal, ImPulsTanz à Vienne, Performance Mix à New-York, et dans divers pays dont la Lituanie, la République-Tchèque, la Slovaquie, l’Espagne, les Pays-Bas, la Belgique, en Azerbaïdjan et en Bulgarie. 

Avec Dog Rising, Furey clôt sa recherche sur la tension et l’immobilité, libérant l’énergie contenue dans un spectacle axé sur les notions de vélocité et de déploiement des corps dans l’espace.